carolinezintz   Interview de Caroline Zintz, psychothérapeute
 

 Famill.lu : Quel est votre sentiment par rapport à l’enfance d’aujourd’hui ?

Caroline Zintz : Pendant longtemps et aujourd’hui encore, on nous dit que l’enfant doit être socialisé très tôt, que l’enfant doit apprendre des tas de choses, dès la petite enfance afin qu’il ait toutes les chances de son côté le jour il arrivera à l’école.

Mais il suffit de se rendre dans une crèche, pour voir ce qui se passe, lorsque l’enfant est séparé de sa mère, et c’est là la réalité : l’enfant souffre, il pleure. Pourquoi ? Parce que la Nature est ainsi faite que l’enfant a besoin de sa mère, de son père. Il a besoin d’eux comme source d’amour. Aucune éducatrice, aucun éducateur, si bien formé qu’il soit, ne donnera à un enfant ce que peut donner une maman, un papa. Et c’est pour cela, qu’il faut bien doser le temps pendant lequel où les enfants sont gardés par des personnes extérieures à leurs parents. Trop c’est trop et le petit enfant n’est pas fait pour vivre des heures et des heures en collectivité.

Les enfants n’ont pas de difficultés pour apprendre. Ils sont des génies. Mais, la base fondamentale pour apprendre est la dose d’amour qu’ils reçoivent. Si la dose est bien comblée, alors ils sont prêts pour explorer ce qui se passe autour d’eux. Mais vouloir forcer à tout prix, l’apprentissage de plusieurs langues dès la petite enfance, forcer à tout prix la socialisation, pour que l’enfant ne soit pas timide, forcer l’instruction, etc., est un leurre : l’apprentissage, la socialisation se feront tout naturellement si l’enfant a autour de lui les personnes qui l’aiment et en lesquelles il peut avoir confiance. Il est capital aussi, de tenir compte de ses besoins en fonction de ses stades de développement et qui diffèrent d’un enfant à l’autre.

Les crèches ont leur raison d’être dans certains cas. Mais ne forçons pas les choses : les parents sont et doivent toujours rester les premiers éducateurs de leurs enfants. Les autres adultes sont des relais ou des complémentarités, mais l’apprentissage de soi se fait d’abord et pour longtemps à l’intérieur-même de la cellule familiale. Il appartient aux parents, à eux, à eux seulement, de choisir ce qui est le meilleur pour leurs enfants. Et ce n’est pas si compliqué : il suffit d’écouter son cœur. Et je pense que cela vaut pour tous les humains…

Caroline Zintz – Psychothérapeute
27, rue des Romains
L-8041 Strassen
Tél: 621 66 35 15

http://www.psy-zintz.lu
carolinezintz@hotmail.com

23.11.2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

One thought on “Les premiers éducateurs

  • 16 décembre 2014 à 20 h 55 min
    Permalink

    « Il est important d’insister sur ces étapes cruciales du développement de l’enfant pour que l’adulte de demain soit un être épanoui et autonome! La compréhension des besoins de l’enfant dès sa venue au monde permet alors de le « nourrir » à juste valeur, ni trop ni trop peu, et permet également aux parents de se savoir compétents. »
    Caroline Zintz,
    psychothérapeute

    Répondre