L’interview de Caroline Zintz, psychothérapeutecarolinezintzok

Famill.lu : À écouter le Gouvernement, on dirait que l’éducation dans les crèches est indispensable pour l’avenir de l’enfant. Est-ce bien vrai ? Et, quel est donc le rôle de l’éducation ?

Caroline Zintz : Qu’il s’agisse de l’éducation à la maison, de l’éducation à la crèche et plus tard à l’école : le rôle de l’éducation est de permettre à l’enfant d’évoluer, l’aider à développer ses compétences. C’est seulement quand il se sent bien dans sa peau, qu’il pourra devenir un adulte équilibré, authentique et qu’il pourra établir les bonnes relations avec son entourage.

C’est pour cela qu’il est absolument nécessaire de laisser le choix aux parents qui veulent prendre le temps pour s’investir pour leurs enfants en bas âge et de leur en donner les moyens. Une mère qui est mère, et qui met tout son bonheur à le transmettre à ses enfants, doit-elle vraiment être punie, discréditée ?

Ce n’est pas dans l’intérêt, ni des enfants, ni des parents, ni de la société qu’un seul modèle soit encouragé au détriment de l’autre.

Une société ne peut subsister qu’avec des citoyens qui vont bien. Pour cela, un environnement rassurant, équilibré et stable offert à l’enfant produira des citoyens confiants, équilibrés et stables, qui sauront à leur tour transmettre ces valeurs essentielles. Et cela se construit dès la petite enfance.

Famill.lu : Alors, quelles solutions ?

Caroline Zintz : La solution, c’est de mettre au centre, l’enfant, le bien-être de l’enfant. Chaque enfant a aussi ses compétences propres à lui, sa manière d’être qui lui est personnelle, c’est aussi autoriser l’enfant à élaborer son identité. Le rôle d’une mère, d’un père, d’un pédagogue quel qu’il soit, c’est d’aiguiser l’appétit intellectuel (entre autres !) de l’enfant, c’est lui transmettre l’envie d’apprendre, de s’amuser à découvrir, d’avoir envie… Si donc on parle d’éducation précoce à la crèche, ce n’est pas dans l’intérêt des enfants, d’amener maintenant, et au même moment tous les enfants à s’intéresser aux sciences naturelles, par exemple. Comme pour les adultes, les enfants ont leurs préférences : l’un sera plutôt attiré vers les sciences, un autre vers la musique, un autre préférera s’installer tranquillement avec un livre.

Le rôle des éducatrices est d’établir une relation chaude, authentique avec les enfants et de les conduire vers les activités qui les intéressent, et non pas de les forcer à apprendre ceci ou cela. Il faut aussi faire confiance à l’enfant, à ce qui se passe en lui.

Mais, dans les crèches et les maisons-relais, nous sommes confrontés à un autre gros problème : le problème du groupe.

Famill.lu : Le problème du groupe ?

Caroline Zintz : À part le fait que les enfants soient soumis à beaucoup de bruit et de nervosité, il y a un autre phénomène qui m’inquiète et dont on ne parle guère : là où il y a un groupe avec de nombreux enfants, beaucoup d’enfants réagiront à un certain type d’enfant : le meneur de groupe, celui qui monopolise (trop) l’attention, celui qui n’est pas le plus calme, le plus paisible, le plus équilibré. Donc, certains enfants bien développés, qui veulent apprendre, qui sont bien disposés à apprendre, lâcheront leurs belles potentialités pour se sentir intégrés dans le groupe et suivront ce leader qui ne leur correspond pas du tout. Les enfants ne se sentiront pas bien dans leur peau et ce qui s’en suivra, c’est un nivellement vers le bas de beaucoup d’enfants. Ce qui explique d’ailleurs, la baisse de niveau que nous pouvons enregistrer de plus en plus dans notre société.

Car ce phénomène de groupe constaté chez les enfants se caractérise et s’amplifie chez les adultes sous la forme de « mobbing  » et de harcèlement. J’ai cette formule un peu radicale qui consiste à dire que « si on laisse un fruit pourri dans une belle corbeille de fruits, c’est toute la corbeille qui finit par pourrir ». Il est curieux de constater ce phénomène dans nos sociétés basées sur le principe-même de la démocratie.

Caroline Zintz

27, rue des Romains
L-8041 STRASSEN
Tél: +352 621 66 35 15
carolinezintz@hotmail.com

http://www.psy-zintz.lu/


Retour

Les langues : le cas unique du Luxembourg

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *